ACTUALITES

Samedi 3 décembre de 10h à 18h et dimanche 4 décembre 2022 de 10h à 16h, nous mettons en ventes nos articles les plus exceptionnels.
 
Véritable mine d'or pour les chineurs, les passionnés de seconde main, et pour ceux qui pensent que la solidarité a un sens, cette journée est l'occasion de découvrir des trésors que nous avons mis de côté depuis de nombreux mois, bibelots rares, vêtements de marque, électro et hifi vintage, livres, bricolage, vaisselle, tableaux, affiches, lithographies, des jouets à profusion, de beaux meubles anciens et modernes...
 
Entrée libre
 
petite restauration sur place
 
Pour faire des achats qui ont un sens à tout petits prix. 
 
Le produit de nos ventes permet à une quarantaine de personnes de vivre dignement de leur activité et de faire de la solidarité à l'échelle locale, nationale et internationale.

Une Communauté Emmaüs, qu'est ce que c'est?

... Pour le public, une Communauté EMMAÜS c'est l'endroit où l'on peut déposer les objets dont on ne se sert plus, le numéro de téléphone que l'on compose pour faire débarrasser son grenier et le bric-à-brac où dénicher les bonnes affaires...

... Au-delà de cette vitrine, les Communautés sont avant tout des lieux d’accueil, de vie, de travail et de solidarité qui fonctionnent uniquement grâce à l’activité de récupération des compagnons. Leur but est d’affirmer l’identité et la place de tous dans la société, quelles que soient les situations personnelles.

Pour en savoir plus...

 

Emmaüs ou l’espoir retrouvé.

Emmaüs est le nom d’un village en Palestine, où le Christ serait apparu, au lendemain de Pâques, à deux de ses disciples désespérés depuis sa crucifixion. Emmaüs symbolise donc l’espoir retrouvé, la « deuxième chance ».

Ce nom a été choisi par le fondateur du Mouvement Emmaüs, l’Abbé Pierre, pour désigner la maison qu’il avait louée à Neuilly-Plaisance en 1946, suite à son élection au Parlement. Cette maison, transformée en auberge de jeunesse internationale, avait pour vocation de redonner espoir à la jeunesse d’après-guerre et de favoriser la réconciliation entre les peuples.

Georges, le premier compagnon.

En 1949, l’Abbé Pierre est appelé au chevet d’un homme désespéré qui a tenté de se suicider. Il lui propose de trouver un sens à sa vie en venant « l’aider à aider ». Georges devient le premier compagnon d’Emmaüs.

De nombreuses personnes sans espoir viendront à sa suite. Ensemble, les compagnons d’Emmaüs forment des communautés et apportent leur aide aux personnes les plus défavorisées, construisant des logements d’urgence pour pallier à la grande précarité de l’après-guerre.

Le travail, première source de revenus

En 1951, déçu par les positions politiques et sociales du parti auquel il appartenait, l’Abbé Pierre ne se représente pas à l’Assemblée Nationale. L’argent manque pour l’accueil des plus démunis, mais les compagnons refusent de recourir à la mendicité. L’idée leur vient de faire les poubelles et de vendre ensuite les fruits de leur collecte.

Les compagnons d’Emmaüs poursuivent leur travail de débarras de logements et viennent ainsi en aide aux plus souffrants. Mais, l’hiver 1954 est particulièrement rude, et des personnes, des enfants, meurent de froid dans la rue. L’Abbé Pierre lance un appel à la solidarité nationale : des biens de première nécessité affluent de partout. C’est « l’insurrection de la bonté ».

 
 

La diffusion des valeurs d’Emmaüs dans le monde

L’histoire et les actions de l’Abbé Pierre et de ses compagnons dépassent les frontières de la France. A partir de 1956, l’Abbé Pierre part diffuser ses idées à travers le monde. Des groupes se créent sur tous les continents.